Cat FR

Toulouse utilise notre plateforme de City Pass

L’office de tourisme de  Toulouse a sélectionné Otipass comme partenaire technique pour lancer la nouvelle version de son Pass Tourisme, qui existe depuis 2016 et qui est maintenant proposé depuis début Mars en version dématérialisée sous forme d’une application mobile.

Le Pass Tourisme de Toulouse est une solution idéale pour les visiteurs souhaitant découvrir la ville Rose et ses nombreux sites culturels, tout en bénéficiant d'un accès pratique aux transports en commun (métro, bus et tram). En utilisant l’ application mobile, les visiteurs peuvent associer leur Pass à leur smartphone, ce qui leur permet de l'utiliser facilement tout en ayant accès à un guide touristique de la ville.

Les détenteurs du Pass Tourisme de Toulouse peuvent ainsi explorer librement les sites et musées du centre-ville, allant de l'histoire naturelle à l'art contemporain en passant par l'art antique. Avec le Pass Tourisme de Toulouse.

Pour Philippe Rousselet , Président fondateur de OTIPASS «  Cette nouvelle et prestigieuse référence nous a donné l’occasion de développer, avec la société Secutix,  un connecteur dans les musées de la ville rose  pour améliorer encore le parcours utilisateur et faciliter le contrôle et la gestion des Pass. Par ailleurs Toulouse intègre ainsi  le groupe des villes hôtes de la coupe du monde de rugby qui utilisent la plateforme OTIPASS et nous allons travaillé ensemble sur une proposition de Pass multidestinations pour accompagner les supporters qui pourront ainsi suivre leur équipe préférée d’une ville à l’autre, et visiter tous les sites touristiques avec un Pass unique. ».

Pour Benoit Auvray, Responsable Etudes et Développement à l’Agence d’attractivité de Toulouse Métropole, « le choix de la société Otipass est avant tout celui de la simplicité d’utilisation, de la compétence des équipes et de leur réactivité. Ce choix a aussi été dicté  par la volonté de pouvoir intégrer un réseau de nombreuses villes utilisatrices de la solution (en France et à l’étranger) de façon à pouvoir échanger régulièrement sur les bonnes pratiques et de travailler collégialement sur des évolutions futures répondant aux demandes de nos métiers et à celui des touristes »